Formation auxiliaire de puericulture : déroulement des différentes formations

La_formation_auxiliaire_de_puériculture-image-320px

L’auxiliaire de puériculture est un domaine qui est réservé uniquement aux personnels formés. Seuls ces derniers qui peuvent assurer l’éveil et le développement des jeunes enfants surtout ceux qui portent d’handicap.

Quels sont les différents types de formation ?

Chaque apprenant peut opter pour un type de formation correspondant à ses situations et disponibilités. Il existe différentes méthodes permettant d’acquérir d’amples connaissances dans l’univers de l’auxiliaire de puériculture.

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.
  • La formation initiale se réalise en 10 mois. Les élèves doivent participer à des cours théoriques constitués de huit modules et des stages pour se familiariser avec le milieu professionnel.
  • L’enseignement partiel : réservé aux titulaires de diplômes dans le domaine paramédical et aux bénéficiaires de la Validation des Acquis de l’Expérience.
  • La formation en alternance proposant le contrat d’apprentissage ou de professionnalisation : pour ce cas, l’enseignement se fait en 18 mois dans un établissement en étroite collaboration avec l’entreprise où l’apprenant travaille en tant que stagiaire.
  • La VAE : toutes personnes prétendant décrocher le diplôme professionnel d’auxiliaire de puériculture par cette voie doivent avoir des compétences et d’expériences, d’au minimum, de trois ans dans le domaine d’éducation, d’éveil et d’hygiène du bébé auprès des établissements spécialisés ou à domicile.

Conditions d’accès

L’âge minimum requis pour accéder au concours d’entrée est de 17 ans. Aucun diplôme spécifique n’est imposé lors de l’épreuve écrite d’admissibilité. Toutefois, les détenteurs de certains candidats sont dispensés de l’examen de culture générale notamment :

  • les diplômés de baccalauréat ou équivalences (plus d’information sur les dipômes équivalent au bac sur ce site) ;
  • les détenteurs d’un diplôme du secteur sanitaire et social comme le CAP petite enfance et le BEP sanitaire et social ;
  • les étudiants qui ont suivi une année d’études en infirmier.

Seuls les candidats décrochant la moyenne (10/20) lors des épreuves d’admissibilité qui peuvent accéder à l’épreuve orale d’admission. Elle consiste à se présenter devant les membres du jury pour un entretien durant une vingtaine de minute. Les candidats qui n’ont pas la moyenne ne feront pas parie des élèves des instituts de formation d’auxiliaire de puériculture.

Comment se déroule l’apprentissage ?

Les cours sont constitués de 8 modules que chaque élève doit maitriser, dont :
– Accompagnement d’un nourrisson durant les activités relatives à son éveil et à la vie quotidienne (5 semaines)
– Etat clinique d’une personne ((2 semaines)
– Les soins à l’enfant (4 semaines)
– Ergonomie (1 semaine)
– Relation – Communication (2 semaines)
– Hygiène des locaux (35 heures)
– Transmission des informations (35 heures)
– Organisation du travail (35 heures).

Les formations théoriques doivent être suivies par six stages de 4 semaines qui se repartissent comme suit :

  • un stage au sein de service maternité ;
  • un stage de 4 semaines auprès d’un établissement ou service qui veille sur les enfants malades ;
  • 2 stages dans des centres d’accueil d’enfants de moins de 6 ans ;
  • un stage auprès des organismes travaillant pour les enfants qui présentent un handicap ;
  • un stage optionnel.

Où suivre la formation ?

Ceux qui souhaitent devenir professionnels du métier d’auxiliaire de puériculture peuvent demander de renseignements complets auprès du Ministère de la santé et des solidarités au bureau des professions paramédicales. La Croix-Rouge française propose de cursus complet de formation conduisant au diplôme avec 24 semaines de stages dans le milieu professionnel. Le Cned assiste également les candidats souhaitant préparer les concours d’entrée en école d’auxiliaire de puériculture (plus de renseignement sur la liste des écoles d’auxiliaire de puériculture sur ce site). Pour les candidats non-bacheliers, il offre des cours complets sur les épreuves orales et écrites.

Les débouchés

Les titulaires du diplôme d’état d’auxiliaire de puériculture sont dotés d’aptitude aux fonctions et travaillent sous la surveillance de l’infirmier. Leurs rôles consistent à assurer les activités d’éveil et des soins dans l’objectif de procurer du bien-être de jeunes enfants. Ils participent également à toutes les taches en lien avec leur autonomie et développement. Face aux enfants handicapés ou victimes de maladies chroniques, ils assurent l’accueil et l’intégration sociale. Ces professionnels travaillent généralement au sein des établissements sanitaires ou médico-sociaux et dans des structures d’accueil des petits enfants de moins de six ans comme en maternité, crèche et centre de PMI. A noter que, selon le Ministère de la santé, on compte actuellement près de 60 000 auxiliaires de puériculture, en France, dont la plupart (99 %) sont des femmes.

Le salaire des spécialistes en auxiliaire de puériculture varient selon le grade qui va de classe normale à la classe exceptionnelle. Au début de leurs carrières, ils touchent 1358 € par mois ; tandis que cette rémunération va jusqu’à plus de 1 800 euros en fin de carrière de la classe exceptionnelle.

Les titulaires de ce diplôme peuvent encore poursuivre leurs études en éducateur de jeunes enfants. Ceux qui ont trois ans d’expériences professionnelles peuvent participer aux concours d’entrée en Institut de Formation en Soins Infirmiers.

  • Documentation gratuite CAP Petite Enfance

Réagir à cet article :

Votre e-mail ne sera jamais publié ni communiqué. Les champs obligatoires sont indiqués par *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

*
*